Sibylle et Nicolas à Kinshasa

Sybille et Nicolas

Sibylle et Nicolas à Kinshasa

Résaux sociaux
Contenu

Partis pour prêter main forte aux différentes structures d’accueil des enfants en situation de rue à Kinshasa, dont Ndako Ya Biso, partenaire de Louvain Coopération, Sibylle et Nicolas nous racontent leurs aventures kinoises.

« Fraichement diplômée d’un master en sciences de la population et du développement à l’UCLouvain, mon mari et moi avons décidé de partir vivre une expérience de volontariat à Kinshasa au sein d’une communauté œcuménique qui a fondé différentes structures d’accueil des enfants des rues dans la commune de Makala, non loin du Rondpoint Ngaba.

Le rond-point Ngaba est un grand carrefour de passage à Kinshasa, il fait partie de la commune de Ngaba et Makala, deux communes populaires. C’est le grand carrefour au cœur de ce quartier pauvre. C’est un lieu de transit où les enfants de la rue se retrouvent pour essayer de survivre en s’adonnant à tous types de trafics possibles. C’est à partir de ce rond-point que sont nées les missions de la communauté auprès des enfants des rues.

Nicolas est ingénieur de formation dans le bâtiment et les travaux publics, il a rejoint le centre de formation professionnelle dont l’objectif est de proposer à des jeunes issus de milieux défavorisés une formation humaine reposant sur l’accompagnement psycho-social et la formation. Trois cursus sont proposés au sein du centre : une formation de 3 ans en coupe et couture, une formation de 2 ans dans les filières du bâtiment dont la maçonnerie, l’électricité et l’ajustage & soudure, enfin des filières de spécialisation de 4 mois sont proposées dans les domaines de la plomberie, du photovoltaïque, de l’assemblage aluminium, et du froid ménager.

De mon côté, j’ai rejoint la structure Ndako Ya Biso, dont Louvain Coopération est partenaire. La structure a pour mission d’accueillir les enfants des rues. Chaque jour, des enfants viennent au centre pour se nourrir, se reposer, se laver, jouer, ... loin du tourment que la vie dans la rue leur impose. L'objectif final du centre étant, grâce à tout un travail avec des éducateurs de terrain de chercher à réinsérer les enfants au sein de leurs familles. La particularité du centre est qu’il dispose de locaux pour accueillir les garçons d’un côté et les filles de l’autre.

Dans le centre des garçons, les enfants viennent en journée et repartent en début de soirée. Quant aux filles, elles peuvent y rester de jour comme de nuit, et être hébergées. Je travaille au sein du centre des filles de mon côté. J’ai pour mission de suivre les activités réalisées au sein du centre, ainsi que de mener en collaboration avec les éducateurs de terrain ce travail de réinsertion familiale. »

Plus de news

12/08/2022
À Madagascar, la sécheresse gagne du terrain. Cantonnée jadis à l’extrême sud de l’île, elle s’étend désormais sur un très vaste territoire, plongeant des millions de familles… +
28/06/2022
Pendant un peu plus de deux ans, Giuliana Zegarra a prêté main-forte à notre équipe cambodgienne en tant que consultante. Aujourd’hui, elle s’envole vers d’autres horizons et… +
03/06/2022
Poli Thinker est un cabinet de consultance étudiant en sciences politiques. Ces jeunes réalisent des prestations de services sur les thématiques qui concernent le monde politique… +
23/05/2022
Bientôt une année terminée, et il est déjà temps de préparer ta rentrée prochaine. Pour cette année 2022-2023, as-tu déjà pensé à t’inscrire en tant qu’Étudiant Solidaire ? Si ce… +
10/05/2022
Accompagnée de nos partenaires locaux, Jeanne découvre la réalité des services de santé mentale au Cambodge et le manque de ressources nécessaires à ces soins. Lors de son séjour… +
03/05/2022
À l’approche de la fête des mères, nous voudrions vous partager le témoignage de Clémence, une jeune maman du Sud-Kivu. "Quand ma famille a su que j’étais enceinte, ils m’ont… +